temps

 

Chère étoile,

(Oui, tu es cette femme qui brille)

 

Il suffit parfois d’un minime changement pour voir les choses différemment. Un tout petit caillou dans notre chaussure peut nous ralentir de beaucoup, un léger rayon de soleil peut changer la saveur d’un instant. Il en est de même avec notre perception des choses

N’as-tu pas régulièrement la sensation de courir après le temps ? Pour ma part, il m’arrive de regarder l’heure d’un regard noir et vengeur. Je lui en veux de défiler si vite sous mon nez sans m’avertir. J’ai ça et ça à faire. Mais non, je n’ai pas le temps ! J’avais promis de faire telle chose, mais tanpis je lui dirais que je n’ai pas eu le temps. Cela me fruste. Et souvent, ce qui passe à la trappe dans ces moments, ce sont les cadeaux que nous voulions nous offrir (une pause thé ou créative, la lecture d’un bon bouquin…). Mais non, nous n’avons pas le temps !

Et si on changeait la perception. Si on enlevait le petit caillou pour profiter de la balade.

Ne (te) dis plus : « je n’ai pas le temps« , mais « je n’ai pas pris le temps« .

Un petit mot en plus comme un léger rayon de soleil dans ta journée. « Je n’ai pas pris le temps« .

 

C’est un formateur pendant ma carrière de RH qui avait dit un jour cette phrase. En arrivant pour démarrer la journée, il a énoncé : « J’avais prévu de vous faire cette activité pour démarrer la journée, mais je n’ai pas pris le temps de préparer le matériel« . J’ai senti comme un grumeau dans la pâte (j’ai faim en écrivant cet article).

Je me suis d’abord dit : « Ben, mec t’es mal organisé, moi j’aurais bien voulu la faire ton activité, c’est pas mon problème ta gestion du temps« .

Puis, il a continué en disant « Je n’ai pas pris le temps de le faire car j’ai eu ma petit fille malade ce matin et j’ai préféré prendre le temps pour lui faire un gros câlin avant de partir« .

Et là, j’ai senti un deuxième grumeau dans la pâte (j’ai vraiment faim) : « Ok, mec c’est mignon, mais ...« . Mais quoi. Il assumait tranquillement qu’il était responsable du choix qu’il avait fait entre préparer le matériel et faire un câlin à sa fille. On pouvait lui reprocher ou pas. Peu importe, il portait et assumait sa responsabilité. J’ai trouvé ça si fort et si simple. D’arrêter de se sentir coupable, fasse à soi même ou aux autres. Ne plus se justifier mais choisir de prendre le contrôle de son temps. 

Quelques jours plus tard, j’étais en réunion et je devais rendre un dossier pour lequel j’étais en retard car d’autres urgences s’étaient présentées. Au moment de prendre la parole, je me suis souvenue de ce formateur et j’ai dit à mes collègues « Je préfère être transparente, je n’ai pas pris le temps de finaliser le dossier en raison des autres urgences que nous avons en cours mais j’ai quand même quelques éléments complémentaires à vous apporter« . C’était complétement différent de si j’avais dit « Je n’ai pas eu le temps ». Et c’est passer crème (pour rester sur le thème culinaire), car j’assumais mon choix et j’étais dans le contrôle de mon temps.

« Je n’ai pas eu le temps« ,  ça renvoie à : Tu subis le temps, le temps décide pour toi de ce que tu fais ou non.

« Je n’ai pas pris le temps« , ça renvoie à : Tu es responsable de ton temps, tu décides de ce que tu fais de ton temps et tu assumes tes choix. Cela déculpabilise d’un coup !
 

Depuis cette histoire, quand je me sens oppressée et contrariée par le temps, je change d’état d’esprit !

« Je vais prendre le temps de » , plutôt que « je n’ai pas le temps de ».

Derrière une question de temps, il y a toujours une question de choix.

Derrière une question de temps, il y a toujours une question de choix. 
(Non, tu ne louches pas, cette phrase me semble importante à laisser infuser, d’où la répétition:)
 

Décide de quoi tu veux prendre le temps. Décide ce qui est le plus important pour toi dans le moment.

Je te propose ce défi : pendant les 7 prochains jours. Tu bannis de ton vocabulaire les « Je n’ai pas le temps ». Tu les remplace par « Je n’ai pas pris le temps », « Je ne prends pas le temps de… » ou « Je vais prendre le temps de ».

Et pour t’aider dans tes choix d’actions dans ces moments où le temps te manque, je te laisse avec cette citation qui m’inspire souvent dans les moments où je me sens dépassée :

 » Demandez-vous ce que vous faîtes aujourd’hui, qui vous permettra devenir ce que vous voulez être demain. « 

Alors, c’est parti pour ce défi ?

Raconte moi comment tu le vis ! Cela te donne envie de le faire ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.